L’incontournable livre de chevet de… Charlotte Milandri

En 2011, Charlotte Milandri décide de donner une autre dimension aux petits carnets de lecture qu’elle tient depuis des années: cette responsable juridique lance son blog, baptisé « L’insatiable ». Son idée: échanger avec d’autres partageant la « même addiction » qu’elle. Au fil des ans, cette passionnée de lecture participe à plusieurs jurys de prix littéraires. En 2015, elle se fait remarquer en lançant les « 68 premières fois ». Un défi, repris par d’autres blogueurs, consistant à lire les 68 primo-romanciers publiés cette année-là et qui a depuis lieu chaque année.

Quel est votre livre de chevet par excellence?

Il y a quelques mois, j’aurais répondu sans hésitation Mémoires d’Hadrien de Marguerite Yourcenar, si le livre de chevet devait se définir comme celui vers lequel on revient toujours, que l’on relit régulièrement. Il le demeure d’ailleurs (je crois que je vais bientôt le relire!) mais j’ai depuis découvert L’homme qui rit de Victor Hugo, et c’est lui qui occupe littéralement ma table de chevet, celui vers lequel je replonge régulièrement pour y trouver des réponses. 

A quel moment l’avez-vous lu?

Il y a quelques mois lors de la traversée d’une zone de turbulences. Et depuis, je crois vraiment qu’il n’y a pas un jour qui passe sans que je n’y pense.

Pourquoi vous a-t-il marquée?

Parce qu’il dit tout, parce qu’il est tout. Parce qu’il interroge la colère et les hommes, les sentiments et l’absence, le sens d’une vie, l’injustice et l’engagement. Il dit tout, vraiment. Je crois que pas une chose n’est pas traitée dans ce livre, c’est rare cela. Et avec une fougue tenue pendant plus de 700 pages, une classe digne du plus grand et une profondeur sans égale.

Quelles sensations a-t-il réveillées chez vous?

Toutes. J’ai pendant les 100 premières pages été essoufflée, littéralement. J’étais ce petit garçon dans la tempête. Il faisait nuit, j’étais assise sur mon canapé et mon corps était tendu comme si je devais m’apprêter à surgir. Je ne sais pas si j’avais déjà ressenti autant de choses en lisant. Mon corps semblait comprendre le texte avant mon esprit, pas de réflexion ou de temps de recul à prendre. J’étais éblouie par tout le reste, par cette force tenue pendant tant de pages moi qui préfère les romans courts et par toutes ces phrases, ces pages que l’on voudrait apprendre par coeur. J’ai eu mal au ventre quand l’injustice était au creux de l’action, j’ai eu les larmes aux yeux lorsqu’il évoque l’absence.

L’avez vous-lu plusieurs fois?

Cela fait à peine quelques mois qu’il est à mes côtés, je l’ai déjà relu une fois en entier. Et depuis j’en relis des passages.

A qui l’avez-vous prêté?

A personne! C’est une édition de poche que j’ai maltraité, j’avais commencé à y apposer des post-it, j’ai su que cela ne serait pas adapté, alors j’ai fait ce que je ne m’autorise que sur les livres de poche, j’ai souligné au crayon à papier des lignes et des lignes, des pages entières. Je ne le prêterai pas car à y lire les passages surlignés, on saurait trop de moi.

Quel adjectif utiliseriez-vous pour qualifier ce livre?

Majestueux, incomparable, dense, profond, intense, plein. Un seul? Immense.

Quelle question auriez-vous souhaité poser à son auteur?

Je n’ose pas poser une question aux auteurs vivants dont j’aime le travail, alors à Monsieur Hugo. Je lui aurai peut être juste demandé: raconte moi ce qu’est Ecrire.

Et à son éditeur?

Tu aurais du écouter les souhaits de Victor. A vouloir faire du commercial avant du littéraire, tu l’as perdu.

Sans transition, quelle est votre librairie coup de cœur?

Je triche encore, j’en ai deux. Pour les romans adultes, l’inénarrable Marie Adélaïde Dumont de la librairie Doucet au Mans*. Pour les pépites jeunesse, la librairie Récréalivres** (au Mans toujours) et son équipe de choc!

*66 Avenue du Général de Gaulle, 72000 Le Mans

**7 Rue de la Barillerie, 72000 Le Mans

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s