L’incontournable livre de chevet de Cécile… alias goodbooks_goodfriends

« Une lectrice compulsive »: c’est ainsi que Cécile se qualifie sur son compte Instagram. Depuis près de trois ans, la jeune femme poste et chronique ses lectures avec panache. Un engagement qui lui a permis d’intégrer le jury du Grand Prix des Lectrices ELLE 2020, mais aussi ceux du Prix Lecteurs livre de poche et du Prix Meilleur Polar Points.

Quel est votre livre de chevet par excellence?

Le Grand Nulle Part de James Ellroy, le deuxième tome du Premier Quatuor de Los Angeles.
D’ailleurs, lorsque j’ai commencé à partager mes lectures, j’ai tenu pendant plusieurs années un blog appelé Le Grand Nulle Part.

A quel moment avez-vous lu ce livre?

J’ai du le lire il y a 16 ou 17 ans. Il m’a été conseillé par mon amoureux, devenu depuis mon mari.

Pourquoi vous a-t-il marquée?

Je lisais plutôt des classiques anglais ou de la littérature française contemporaine. J’ai découvert avec la plume d’Ellroy toute une noirceur, une profondeur glauque et parfois sordide, une complexité dans l’intrigue et dans l’écriture que je ne me souvenais pas avoir lues ailleurs.

Quelles sensations a-t-il réveillées chez vous ?

De la fascination pour les personnages, de l’admiration pour l’écrivain.
Et surtout la découverte du plus beau personnage de fiction à mes yeux, Danny Upshaw.
Danny Upshaw l’idéaliste, Danny Upshaw et sa chute interminable, Danny Upshaw et son destin de tragédie grecque…

Avez vous-lu ce livre plusieurs fois?

Non, je ne l’ai lu qu’une fois, il m’a suffisamment marquée en une seule lecture.
Je le relirai peut-être un jour, j’attends encore un peu ; pour l’instant, je chéris son souvenir.

A qui l’avez-vous prêté?

Mon exemplaire étant dédicacé, je ne le prête pas, c’est « mon précieux ».
Je ne le conseille même pas. L’écriture d’Ellroy est particulière et j’avoue que je serais peinée si quelqu’un à qui je l’ai conseillé ne l’aimait pas.

Quels adjectifs utiliseriez-vous pour qualifier ce livre?

Intense, brillant.

Quelle question auriez-vous souhaité poser à son auteur?

C’est drôle parce que je l’ai rencontré le mois dernier et j’étais tellement impressionnée que j’ai à peine pu épeler mon prénom…
Donc si j’avais été capable de dépasser mon émotion, j’aurais aimé lui demander, lui qui nous plonge si bien dans l’Histoire parfois trouble des Etats-Unis, à quelle époque il aurait aimé y vivre.

Et à son éditeur?

A son éditeur français, Rivages, j’aimerais demander comment Lune Sanglante (leur première publication de Ellroy, si je ne me trompe pas) a atterri sur leur bureau, et s’il s’attendait à un tel engouement français.

Sans transition, quelle est votre librairie coup de cœur?

Même si cela fait des années que je n’y ai pas mis les pieds, je pense immédiatement à la librairie Sauramps située Place de la Comédie à Montpellier, où je traînais mes guêtres lorsque j’étais étudiante.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s