L’incontournable livre de chevet de… Christel, alias les Miscellanées de Cookie

Depuis juillet 2015, pour chroniquer les lectures qui la font vibrer, Christel endosse, sur son blog et les réseaux sociaux, l’identité de son chien Cookie. Un animal qui adore poser, de même que sa maîtresse adore se plonger dans divers textes. « Lire est ma bulle échappatoire, » assure cette consultante en finance, qui fera notamment partie, en 2020, des jurées du Grand Prix des Lectrices ELLE.

Quel est votre livre de chevet par excellence?

Sans hésitation, L’insoutenable légèreté de l’être de Milan Kundera

A quel moment l’avez-vous lu? 

C’est ma grand-mère qui me l’a conseillé. Je l’ai lu jeune, à l’âge de 16 ans (c’était il y a 22 ans).

Pourquoi vous a-t-il marquée? 

J’ai découvert une plume magistrale qui m’a ouvert un nouvel horizon : celui de la philosophie.

En pleine crise d’adolescence, de doute et d’angoisse, je me suis identifiée aux personnages, à leur quête qui semble universelle : comment donner sens à son existence ?

Quelles sensations a-t-il réveillées chez vous? 

En premier lieu, je me suis dit « waouh ». J’ai été subjuguée par les mots et captivée par l’histoire. C’est le premier livre dont j’ai eu envie de prolonger la lecture: le texte était tellement beau que j’ai pris conscience que le lire trop vite serait du gâchis. Alors, j’ai appris à attendre -comme le sentiment amoureux selon Roland Barthes- afin de mieux savourer chaque instant.

L’avez vous-lu plusieurs fois? 

C’est l’un des rares livres que je relis chaque été, tel un rituel. Une relecture qui suit mes pas et, à chaque fois, je découvre de nouvelles choses. La relecture est sans cesse un renouvellement, tel un cycle qui évolue au fil des ans. Le roman est là, imperturbable, mais notre vision bouge et redonne vie, un second souffle à l’histoire.

A qui l’avez-vous prêté? 

Je ne prête pas mon exemplaire, de peur de le perdre. J’y tiens comme un petit trésor car il est chargé d’émotions, de souvenirs … Il a une histoire, notre histoire … Du coup, je préfère l’offrir, et cela fait toujours plaisir.

Quel adjectif utiliseriez-vous pour qualifier ce livre? 

Intemporel.

Quelle question auriez-vous souhaité poser à son auteur? 

J’aurais aimé lui poser la question suivante : chaque personnage du roman est lié à une figure métaphorique comme la morale, l’ambiguïté, la légèreté. Quelle figure vous définit le mieux ?

Et à son éditeur?

Je serais curieuse de savoir ce qu’il a ressenti lorsqu’il a eu, pour la première fois, un texte de Milan Kundera entre les mains. Ces émotions sont-elles par ailleurs les mêmes pour chaque manuscrit ?

Sans transition, quelle est votre librairie coup de cœur?

Je suis Parisienne : la capitale ne manque pas de librairies magnifiques. Mais mon coup de cœur se situe loin de Paris, dans le Languedoc Roussillon, à Canet plage. La librairie Plaisir de lire fait face à la mer. J’ai passé toute mon enfance là-bas et mon bonheur était alors de choisir un livre avant d’aller à la plage. Le libraire qui la tenait et la tient toujours aujourd’hui est génial : il regorge d’excellents conseils et, grâce à lui, j’ai découvert des pépites. Alors merci !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s