L’incontournable livre de chevet d’… Alexandra Thenard alias « Mes petites critiques littéraires »

« L’esprit qui ne lit pas maigrit comme le corps qui ne mange pas. » Cette professeure d’espagnol a fait sienne cette devise de Victor Hugo. Sur son blog, elle analyse, avec passion et finesse, ses lectures, oscillant entre littérature, philosophie ou biographies.

Quel est votre livre de chevet par excellence ?

Pendant des années, j’avais énormément de difficultés à répondre à cette question tant elle me semblait absurde. Comment choisir un seul livre ? Chacun apporte quelque chose de différent, d’unique… Mais j’ai découvert, il y a un an, L’âme du Monde de Frédéric Lenoir et depuis, j’ai enfin la réponse.

A quel moment l’avez-vous lu ?

Je l’ai lu à l’hiver 2017. Pourtant, ce livre était, depuis un moment déjà, dans ma PAL (pile à lire) qui ne cesse de grandir. Et puis un jour, mes yeux se sont posés sur lui, sans que je le cherche vraiment. Il s’est imposé à moi comme une évidence.

Pourquoi vous a-t-il marquée ? Quelles sensations a-t-il réveillées chez vous ?

Comme dans chaque livre de Frédéric Lenoir, la philosophie, l’humanité et la bienveillance sont les personnages principaux. Pour moi, c’est un livre important dans le sens où il parvient à vulgariser de grands préceptes tant philosophiques que religieux. Mais pour le comprendre, il faut accepter de se laisser envahir par les pensées de ces sept sages réunis au sommet de cette montagne. Il faut accepter une certaine forme de lenteur et d’introspection pour mieux appréhender les clés de la sagesse universelle qu’ils nous délivrent. Attention, il ne s’agit surtout pas de feel-good littérature ou de développement personnel, non ! Je n’ai rien contre ce genre de littérature au demeurant mais L’Âme du Monde va au-delà. C’est un livre profond, intelligent, véritablement philosophique. A sa lecture, j’ai été émerveillée, irradiée par tant de beauté, de poésie et de profondeur. Je n’ai d’ailleurs jamais réussi à en faire la critique. C’est un livre qui se vit mais qui ne se raconte pas.

L’avez-vous lu plusieurs fois ?

Bien sûr. Mais il m’arrive aussi de n’en lire que des passages. Un chapitre, au hasard, rien que pour le plaisir d’être émerveillée à nouveau.

A qui l’avez-vous prêté ?

Mes livres ont souvent l’âme voyageuse et j’aime les prêter (au risque même de les perdre). Mais celui-ci est spécial. J’en ai trois exemplaires à la maison, par sécurité… Un seul est autorisé à voyager. Je l’ai prêté à ma mère, qui l’a également prêté à des amies de son club de lecture. Je l’ai également prêté à une collègue avec qui j’aime parler littérature et culture. Je l’ai offert ou conseillé. C’est un livre que tout le monde devrait avoir dans les mains un jour ou l’autre.

Quel adjectif utiliseriez-vous pour qualifier ce livre ?

 Lumineux, sans une once d’hésitation

Quelle question auriez-vous souhaité poser à son auteur ? Et à son éditeur ?

Vous rendez-vous compte combien ce livre a pu métamorphoser la perception du sens de la vie, de la joie et du bonheur chez bon nombre de vos lecteurs ?

Un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s